TV5Monde
 

INÉDIT

SOIREE SPÉCIALE JEAN ROUCH
Mercredi 6 décembre à partir de 21h00

INÉDIT

SOIREE SPÉCIALE JEAN ROUCH
Mercredi 6 décembre à partir de 21h00

A l’occasion du Centenaire Jean Rouch dont TV5MONDE est partenaire, la chaîne culturelle francophone mondiale consacre à ce cinéaste ethnographe une soirée spéciale en diffusant deux documentaires inédits sur l’ensemble de ses 9 chaînes à travers le monde.

 “Jean Rouch en Afrique, l’homme à la caméra de contact”

Le cinéaste et ethnologue français Jean Rouch est décédé en 2004, au Niger. En 2017, il aurait eu cent ans. À cette occasion, le réalisateur Idriss Diabaté revient sur son parcours et son oeuvre cinématographique, en s’appuyant sur les témoignages de ceux qui ont travaillé avec lui, en Afrique tout particulièrement. “Jean Rouch avait trouvé en Afrique des amis et une vraie liberté. C’est ce Jean, curieux, heureux, drôle, libre,amoureux de la vie, nourri des histoires de tous ceux qu’il a côtoyés, que nous avons eu envie de raconter”. Un homme de coeur et un cinéaste de génie,raconté aux jeunes générations, à partir d’interviews de ses compagnons de route et d’archives inédites, filmées en 1977 au Niger par Philo Bregstein, montrant le cinéaste en action.

Réalisation : Idriss Diabaté (France, 2017) – Durée: 54′
Production: Sapsi et Ô bout des Rêves
Diffusion : Mercredi 6 décembre à 21h00

“Jean Rouch, Regards persans”

Jean Rouch a voyagé à plusieurs reprises dans l’Iran des années 1970. Il tourne un film inédit à Ispahan et découvre un rituel populaire ancestral : le Tazieh. Il marque le pays de son empreinte et son regard influence encore aujourd’hui toute une génération de réalisateurs iraniens. De  1971  à 1977, Jean Rouch  a  ainsi  entrepris plusieurs voyages dans  l’Iran  du Shah, invité par son ami Farrokh Ghaffary, fondateur de la Cinémathèque iranienne. Mais  qu’est-ce qui l’attirait dans la  culture persane ? Quel regard portait­‐il sur ce pays? Quels liens a‐t‐il tissé avec les iraniens?

Réalisation : Mina Rad, Julien Coquet (France, 2017) – Durée : 52’
Production: Dynamo  Production, Philippe Djivas – Julien    Coquet
Diffusion : Mercredi 6 décembre à 21h55

Biographie Jean Rouch

Jean Rouch a transformé  la  recherche  en  sciences humaines, ouvert  des  voies  originales  au  cinéma  et  proposé  un  regard  neuf  sur  l’Afrique  et  sur  le monde des images devenant l’un des grands passeurs de modernité du XXe siècle.

Jeune ingénieur civil, il arrive à Niamey en 1941 et devient rapidement ethnographe, guidé  par Marcel Griaule et Théodore Monod. Après son engagement dans  l’Armée  française  de  Libération,  débute  sa  double  aventure africaine et imagétique. Au fil de soixante années de recherches menées, pour la plupart, au sein  du  CNRS,  Jean  Rouch  arpente  toutes  sortes  de  terrains  ethnographiques  et anthropologiques.  Il se penche d’abord sur la culture des  Songhay  du  Niger  puis,  avec l’anthropologue  (et  amie)  Germaine  Dieterlen,  sur  la  culture  des  Dogon  du  Mali.  Rouch s’intéresse aussi à  l’Afrique  moderne,  celle  des  «villes-monde»,  Abidjan  ou  Accra: s’ouvre  alors  à  lui  un  univers  dynamique  qui  l’enchante,  fait  de  mixité  et  d’hybridation.

Parmi ses films les plus renommés : « Moi un  noir »,  « La  pyramide  humaine »,« La chasse au Lion à l’arc », « Chronique d’un été », « Babatu les 3 conseils » etc…Cinéphile  passionné,  initié  par  Henri  Langlois,  découvreur  de  techniques  innovantes  et de méthodes pionnières, Jean Rouch lance «un pavé dans la mare du cinéma» (Godard), en participant au renouveau des « techniques légères» et en stimulant la Nouvelle Vague. Homme aux réseaux multiples, de l’Unesco à la Cinémathèque française, Jean Rouch est à l’origine  d’institutions et de manifestations   toujours   actives, du   Comité   du   film ethnographique aux  Ateliers Varan.